PMCQ Logo
English|Carte du Site
Visionner les photos

Salon des membres

Réunions précédentes

21 mai 2013

La transformation mondiale de l’industrie pharmaceutique : une ordonnance pour le Canada
 

Nous avons eu le plaisir d’accueillir M. Russel Williams, président de Rx&D, à titre de conférencier invité pour notre dernière réunion de l’année 2012-2013. Sa conférence a porté sur les changements sans précédent que l’industrie traverse à l’échelle mondiale et sur leurs répercussions au Canada.

Pour commencer, il a parlé de cette période intéressante et dynamique que vit notre industrie, une industrie qui sauve des vies, qui améliore la qualité de vie des patients, qui leur permet de sortir rapidement de l’hôpital et qui investit des centaines de milliers de dollars dans la recherche. C’est une industrie qui fait très bien tout cela et qui fait de grandes découvertes, mais si l’on examine les comportements des gouvernements et leur mode de fonctionnement avec notre industrie, il est évident que ces derniers ne comprennent pas certains des risques et des défis auxquels notre industrie est confrontée. M. Russel a dit qu’il n’est pas certain si quelqu’un écoute encore notre industrie, même si nous croyons en ce que nous faisons. D’après lui, pendant les discussions, il a l’impression qu’il y a beaucoup d’yeux vitreux de l’autre côté de la table. La question est pourquoi ne travaille-t-on pas avec nous? Pourquoi ne sommes-nous pas plus aimés?

Il a déclaré que notre industrie doit tenir compte de ce que pensent nos parties payantes et nos clients. Une récession mondiale associée à un système à payeur unique a mené à des stratégies de limitation des coûts qui sont devenues les facteurs uniques qui motivent leurs processus de pensée. Ils pensent aussi à la pression émergente de la durabilité, étant donné que 10 millions de baby-boomers, soit un tiers de la population, sont à nos portes. Il y a donc une nécessité urgente de changement dès maintenant – une nécessité sans précédent. Malheureusement, la notion de durabilité en dollars de santé publique s’est transformée en limitation des coûts, ce qui ne représente pas une bonne planification des soins de santé.

Ensuite, M. Russell a fait un sondage auprès de l’auditoire. Il a demandé quel pourcentage des dépenses de santé publique les médicaments représentent-ils? Il est surprenant de constater à quel point le pourcentage est faible, puisque les médicaments innovateurs ne comptent que pour 5-6 % des dépenses totales. Le message qui en ressort est que l’industrie pharmaceutique n’est pas une grande génératrice de coûts. En fait, les administrateurs des hôpitaux et les médecins sont les générateurs de coûts qui connaissent la croissance la plus rapide. Toutefois, étant donné que les entreprises de produits génériques ont abaissé leurs prix au fil des ans, les payeurs privés sont en train de changer pour devenir davantage comme le secteur public. Ils examinent les enjeux en se basant uniquement sur les coûts et non sur les résultats pour la santé. M. Russel a mis l’accent sur le fait que, si nous ne réussissons pas à changer cette mentalité, nous nous en allons vers des problèmes graves.

M. Russell a cité Winston Churchill en disant, « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté. » Ces paroles visent à nous inspirer à nous attaquer aux difficultés auxquelles notre industrie est confrontée et à les surmonter. Il a déclaré que, en bout de ligne, notre industrie est axée sur les soins de santé et les patients et que nous ne pouvons pas perdre cela de vue. Il a mentionné qu’il ne croit pas que nos soins de santé doivent être un système « tout l’un ou tout l’autre ». Il croit que, si nous investissons 1 $ dans les médicaments innovateurs, nous pouvons faire épargner jusqu’à 7 $ en argent public et en autres coûts de soins de santé. L’utilisation de médicaments innovateurs fera partie de la durabilité de notre système de soins de santé. Il a également déclaré que nous devons faire en sorte d’aider les payeurs à prédire les coûts à l’avenir, de sorte que nous puissions leur démontrer comment les médicaments leur permettront d’économiser à long terme.

M. Russell a poursuivi en exprimant son enthousiasme à propos de la médecine personnalisée. Il pense qu’il s’agit d’un exemple qui démontre que l’approche uniformisée ne fonctionne pas. Il a mentionné les agents biologiques, ajoutant plus particulièrement que, bien qu’il s’agisse de médicaments très coûteux, si nous pouvons démontrer que si 100 ou 1 000 Canadiens seulement les utilisent, le prix de ces médicaments deviendra beaucoup plus facile à gérer du point de vue des payeurs. Nous devons nous concentrer sur l’obtention du bon médicament par le bon patient au bon moment.

M. Russell nous a informés que le nouvel ordre du jour pour Rx&D et pour notre industrie consiste à nos concentrer sur la durabilité et l’accès ainsi que sur le renforcement de la position du Canada et de sa capacité à titre de destination préférée pour les investissements mondiaux en sciences de la vie et en recherche. Après un sondage pour savoir ce que l’auditoire estimait être le facteur le plus important pour attirer des investissements internationaux en R&D au Canada, le résultat était que 56 % des participants pensaient qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs : protection de la propriété intellectuelle, politiques d’approvisionnement, réglementations et science de qualité, et que, pour 33 % des participants, il s’agissait de la protection de la propriété intellectuelle.

M. Russell a ensuite expliqué de quelle façon Rx&D s’efforce d’augmenter les investissements au Canada. Il a indiqué que, alors que le Canada n’a pas de rétablissement de la durée de vie des brevets, il espère que nous pourrons bientôt nous harmoniser avec l’Europe en ce qui a trait à la propriété intellectuelle du Canada, car cela se traduirait par des augmentations énormes des investissements dans notre pays. Il a poursuivi en mentionnant que la contribution des Rx&D à l’échelle du Canada est en train d’évoluer. Ses membres vont dans les meilleures universités du pays et dans les entreprises à marché spécialisé dans l’industrie pour collaborer avec elles et établir de nouvelles relations. Le code est un fondement du travail de collaboration de Rx&D et c’est ce qui fait du Canada un chef de file dans l’industrie.

La dernière portion de la conférence de M. Russel a porté sur les moyens par lesquels Rx&D s’efforce de mieux transmettre ses messages. Ils veulent communiquer que ce sont les gens et les patients qui sont importants. L’une des façons de le faire est par le truchement du programme « La preuve vivante », qui se concentre sur des personnes réelles qui prennent nos médicaments et sur leurs récits passionnants. Il a terminé par la présentation d’une vidéo élaborée pour ce programme, soit l’histoire inspirante d’un patient porteur du VIH qui a été inscrit à un essai clinique lorsque sa charge virale était incroyablement élevée. Le patient a pris le médicament à l’étude, sa charge virale est maintenant indétectable et il a acquis un nouveau souffle pour la vie. M. Russell s’est servi de cette vidéo pour communiquer que des découvertes sans précédent ont lieu dans l’industrie pharmaceutique et que cela devrait être une source de fierté et d’enthousiasme pour tous ceux qui en font partie.

Finalement, M. Russell a transmis quelques paroles inspirantes à l’auditoire. Il nous a encouragés à nous montrer passionnés pour ce que nous faisons et à être fiers de notre industrie. Pour conclure, il a dit : « Nous ne pouvons pas nous permettre d’être fatigués. Nous devons maintenir notre engagement à fabriquer des médicaments qui sauvent des vies. Nous sommes une équipe, nous sommes une famille. »

 

 

Lara Holmes
Medical Writer
Courriel: lholmes@videotron.ca
Cell: 514-425-4977
Pharma411

 

Conférences à venir

23 janvier 2018

Mener une équipe à la victoire

Cocktail : 17 h 30
Souper : 18 h 30
Conférence : 19 h

Cliquez ici pour vous inscrire