PMCQ Logo
English|Carte du Site
Visionner les photos

Événements

Conférences précédentes

Le 23 janvier 2018

Mener une équipe à la victoire

Les membres du CMPQ se mettent dans l’esprit olympique, avec l’approche des Jeux olympiques d’hiver à PyeongChang! Danièle Sauvageau, ancienne entraîneure-chef de l’équipe olympique féminine canadienne, ancienne récipiendaire d’une médaille d’or en hockey féminin pour la première fois aux Jeux olympiques d’hiver de 2002, a été la conférencière de l’activité de janvier. Par sa présentation, Danièle nous a inspirés à viser l’or en tant que meneurs de nos propres équipes.

Shannon Quinn, présidente du CMPQ, a ouvert la réunion en parlant de quelques points à l’ordre du jour :

  • La participation à la Soirée des Fêtes a été de 50 % qui provenaient de l’industrie pharmaceutique et 50 % de professionnels de l’industrie.
    • Vanguard Pharma a commandité les photos de l’activité.
    • Les dons se chiffrent à 2 000 $ pour le CHU Ste-Justine et autant pour l’Hôpital pour enfants de Montréal. Les hôpitaux en ont été extrêmement reconnaissants.
  • L’activité sociale estivale aura lieu en juin.
  • Pour vous tenir au courant des dernières nouvelles, consultez souvent notre site Web. Le site contient également des résumés et des photos des activités passées.
  • Entrez en contact avec nous via Facebook, LinkedIn et Twitter! Servez-vous du mot clic #MyPMCQ pour parler de ce qui se passe.
  • L’Association du marketing pharmaceutique de l’Ontario organise le gala des prix SKUY qui aura lieu le 1er février à Mississauga. Bonne chance à toutes les personnes en nomination!
  • Pour l’activité de février, le CMPQ revient à la formule d’une réunion-petit-déjeuner. Le sujet de la réunion porte sur les changements au CEPMB et tout ce que vous devez savoir.
    • Buffet : 7 h
    • Début de la réunion : 7 h 30
    • Fin de la réunion : 9 h
  • Nous remercions Fusion MD pour le travail créatif et Sanofi pour la commandite de l’activité.

Shannon a conclu cette partie de la réunion en présentant une courte vidéo d’entreprise sur Sanofi. C’est un bon rappel du bon travail que nous effectuons tous chaque jour.

Ensuite, Shannon a présenté Danièle Sauvageau, la conférencière de la soirée, qui a l’habitude d’accepter des défis ou de travailler avec une équipe dans des conditions difficiles. Pendant 25 ans, Danièle a fait partie de diverses équipes, notamment la GRC et le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal, mais on la connaît mieux à titre de première entraîneure-chef de l’équipe olympique canadienne féminine de hockey. Son expérience en matière d’évaluation de situations, de leadership, de communications et d’entraînement a été déterminante dans l’obtention de sa première médaille d’or historique aux Jeux olympiques de Salt Lake City. Sa présentation s’intitulait « Mener une équipe à la victoire ».

Danièle a commencé par présenter une vidéo des Jeux olympiques d’hiver de 2014, au cours desquels l’équipe olympique canadienne féminine de hockey a fait un retour remarquable et a donné une quatrième médaille d’or de suite à Équipe Canada pour le hockey féminin. Pour comprendre comment l’équipe a pu réaliser cet exploit, il faut comprendre l’historique du programme de hockey féminin au Canada, qui comprend plusieurs réussites et revers.

Tout a commencé en 1990 quand Hockey Canada a créé une équipe nationale féminine. Le premier championnat du monde de hockey féminin officiel avait lieu cette année-là. Les responsables marketing ont décidé, pour faire vendre plus de billets, que l’équipe devait jouer en maillots roses, même si les joueuses trouvaient que cela banalisait leur équipe. Sans égard à la couleur du maillot, l’équipe féminine était pleine de talents et a remporté l’or. Cela a consolidé la base du hockey féminin au Canada et, au moment du championnat du monde suivant, les joueuses ont reçu des maillots normaux.

Le hockey féminin est arrivé aux Jeux olympiques de Nagano, en 1998. À cette époque, l’équipe féminine du Canada dominait les championnats du monde. Conséquemment, les joueuses sont allées à Nagano trop confiantes et sous préparées. Elles ont remporté la médaille d’argent, ce qui a été ressenti comme une défaite. Leçon tirée par Danièle : c’est la peur de perdre qui fait la plus grande différence.

En 1999, Danièle a été nommée entraîneure-chef. Pour la première fois, l’équipe était centralisée à Calgary. L’équipe américaine était déjà centralisée depuis un certain temps. L’équipe canadienne a joué cinq parties contre l’équipe américaine et les a toutes perdues. Après cela, Bob Nicholson, président de Hockey Canada, a fait venir Danièle dans son bureau et lui a dit que son équipe perdait parce qu’elle n’arrêtait pas de comparer le budget donné à son équipe à celui que recevait l’équipe masculine. Il l’a accusée de ne pas lui faire confiance. Elle a convenu qu’elle n’aurait pas dû juger la situation si rapidement, étant donné qu’elle n’avait pas toute l’information nécessaire pour bien la comprendre.

Chacun de ces revers s’est révélé une grande occasion d’apprendre. En 2010, la situation s’était considérablement redressée; l’équipe remportait des médailles d’or et établissait des normes pour le hockey. En fin de compte, la création d’une équipe solide ne passe pas par le choix des meilleurs joueurs individuels, mais plutôt par le choix de la meilleure équipe dans son ensemble et par le travail avec les ressources qu’on a.

Leçon de Danièle au sujet du leadership :

  • Faites bien votre travail. Être un bon chef n’est pas un choix; c’est une responsabilité.
  • Vous travaillez d’abord pour une équipe (ou une entreprise), et pour vous ensuite. « Seuls, nous pourrions aller plus vite, mais ensemble, nous pourrions aller plus loin ».
  • Pour prendre les meilleures décisions pour votre équipe, vous devez recueillir de l’information. Vous ne pouvez pas juger une situation trop rapidement.
  • Prenez le temps de prendre soin de vous. Si vous ne pouvez pas prendre soin de vous, comment allez-vous prendre soin des autres?

Danièle parle de plusieurs niveaux de leadership :

  1. Est-ce que je fais mon travail?
  2. Est-ce que je fais mon travail avec d’autres personnes?
  3. Est-ce que je fais mon travail avec et POUR d’autres personnes?

D’après Danièle, tout le monde a la capacité d’atteindre tous ces niveaux de leadership. Il suffit de se souvenir que :

  • En tant que chef, vous devez donner aux membres de votre équipe toute la rétroaction dont ils ont besoin, pas la rétroaction que VOUS voulez recevoir.
  • Ce sont parfois les membres les moins enthousiastes de l’équipe qui vont vous donner les meilleurs résultats; faites en sorte de demander ce que ces membres pensent et comment ils se sentent.
  • Vous devez être là pour tous les membres de l’équipe, même ceux qui ne s’intègrent pas bien.
  • Vous devez faire en sorte que tous les membres de l’équipe se sentent importants, même les « joueurs remplaçants ».

Et maintenant foncez et visez l’or!


 

Justine Garner
Freelance Medical Writer
Cell: (514) 605-5109
Courriel: jgarnerwriting@gmail.com
www.jgarnerwriting.com

Conférences à venir

15 mai 2018

Au bout du rouleau : Gérez votre énergie, gérez votre stress

Dîner d'affaires
Cocktail : 17 h 30
Souper : 18 h 30
Présentation : 19 h 00

Cliquez ici pour vous inscrire