PMCQ Logo
English|Carte du Site
Visionner les photos

Salon des membres

Conférences précédentes


Vietor a tiré sa révérence

Le 18 novembre 2003, Dick Vietor, ancien analyste des actions des sociétés pharmaceutiques, a probablement donné sa dernière conférence aux membres du CMPQ.

M. Vietor avait été un conférencier très populaire chaque année jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite de Merrill Lynch, une importante société de placements. Il n'avait pas honoré le Hilton de Dorval de sa présence depuis l'année 2000.

Cette fois-ci, Dick Vietor a expliqué que sa conférence serait différente des précédentes. Étant maintenant consultant pour WebMD, un service d'information médicale offert sur Intenet, Dick Vietor a expliqué qu'il ne pouvait insulter que des sociétés qui " ne sont pas clientes de WebMD ".

Bon nombre des participants s'étaient habitués aux insultes verbales pleines d'esprit qu'il adressait à toutes les entreprises, à l'exception de quelques sociétés choisies, et ont semblé déçus par sa remarque.

M. Vietor a également expliqué en quoi la croissance explosive et l'éclatement subséquent de la bulle technologique avait fondamentalement modifié le rôle de l'analyste boursier. Pendant l'engouement pour la technologie, il a affirmé que les analystes boursiers sont devenus des " vedettes de rock " et qu'ils " ont vendu leur réputation pour des dollars ". Depuis lors, la légalité de l'analyse des actions a changé, avec l'avènement des règles de divulgation. " N'écoutez pas les analystes ", a conseillé Dick Vietor. " Ils n'ont plus le droit d'avoir d'intuition. Servez-vous de votre propre jugement et prenez bien garde à ceux que vous écoutez - moi compris ".

Alors, au lieu de noter fébrilement des conseils sur les actions, les membres présents ont déposé leur stylo et ont écouté le point de vue de Dick Vietor sur le rôle d'Internet pour l'avenir de la commercialisation des produits pharmaceutiques.

Alors qu'il expliquait qu'Internet offre un potentiel pratiquement illimité de transmission de leurs messages de commercialisation aux médecins et aux patients, il a relevé que " les sociétés pharmaceutiques sont en retard sur ce plan ". Les sociétés pharmaceutiques, a-t-il spécifié, dépensent moins de 1 % de leurs budgets dans Internet -soit un montant inférieur à ce qu'elles dépensent en annonces radiophoniques ou en affichage.

Il a toutefois indiqué que certaines entreprises (Eli Lilly, Wyeth, Johnson & Johnson et AstraZeneca) utilisaient mieux Internet que les autres pour faire la promotion de leurs produits.

Lorsqu'on lui a demandé quels sont les plus grands défis auxquels l'industrie pharmaceutique est actuellement confrontée, Dick Vietor a insisté sur la nécessité que les dirigeants mettent fin à leurs pratiques démodées et se mettent au goût du jour, afin de réduire les coûts qui sont associés à la mise en marché d'un médicament et de créer des filons de produits plus solides.

À la fin de sa conférence, Dick Vietor a informé l'auditoire qu'il a apprécié ses visites à Montréal au fil des années mais qu'il n'était pas probable qu'il revienne prendre à parole à une autre réunion du CMPQ.

par Scott Moffatt, Pharm Team Communications

Conférences à venir

20 novembre 2018

Les programmes de soutien au patient : une tendance ou une transformation

Dîner d'affaires
Cocktail : 17 h 30
Souper : 18 h 15
Présentation : 19 h 00

Cliquez ici pour vous inscrire